Le Pétassou de Trèves

The Poum's story

Le samedi, nous passons la paume dans les fermes des alentours, avec un Pétassou démoniaque et déchaîné accompagné par la jeunesse locale - rien que de jolies filles et de beaux garçons - qui se sont donnés à fond et qui n'ont jamais refusé un verre. Chocs thermiques considérables entre les cuisines surchauffées et le vent qui soufflait en tempête dehors, avec une pluie horizontale à défriser les pétasses.

Après une montée hallucinante sur le causse derrière la voiture bien fatiguée du Pétassou, nous vivons un intense moment d'émotion ethnographique au foyer des chasseurs de Causse-Bégon, orné de calendriers de cul et de trophées de cerfs et de sangliers, où toute la compagnie s'est empastissée pendant une bonne heure avant de redescendre dans la nuit sauvage jusqu'à la ferme de La Bastide, chez Albinet, pour un accueil royal autour d'une délicieuse soupe au fromage.

Le dimanche, quand nous revenons à Trèves, la pluie a pratiquement cessé, en haut le causse est tout blanc, il a neigé cette nuit. Nous retrouvons la jeunesse de la veille, un peu moins fraîche à vrai dire, à la salle des fêtes avant de farandoler derrière le Pétassou - un peu plus mou qu'hier, et les traits tirés lui aussi. Dans la voiture nous avions composé une chanson de circonstance sur l'air de "Who stole the Keeshka" :

C'est un grand bestiassou

Qui fait peur aux traçous

Il est complètement saoûl

C'est le Pétassou ! (variante : Vive le Pétassou !)

L'Echo avait apporté son cassoulet, sa marmite et ses cubis, les "Ganels" nous ont prêtés un tripatte et un fond de bouteille de gaz, et à défaut de salle disponible nous avons installé le tout sous le préau municipal, devant l'église, pendant que les premiers repartaient pour la paume, en se faisant relayer à mi-parcours. Superbe accueil dans les 12 maisons ouvertes du village, le Pétassou a dansé avec tout le monde. Nous terminons par trois morceaux d'adieux à la salle des fêtes, à la fin du spectacle pour enfants de "Gazoline et Kérozène".

Nous sommes tous très fiers d'avoir été là, au service de notre divinité tutélaire, le Pétassou, et admiratifs de la pêche des jeunes de ce coin perdu du bout du monde, qui maintiennent avec une vraie ferveur et sans chiqué une tradition qui vient du fond des siècles .

Une visite autour du Pétassou de Trèves

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.

             

Sage Fanfare Echo desAvens Florin Fanfare Echo des Avens Noël de la Fanfare

 

 

 

 

La recherche