Les Jam’s 2021

Chers.Chères lecteurs.trices. Ici commence l'opération Jam's dernière semaine d'Août 2021.

Plan all hands craft

Jam's 2021

 

Cette année nous faisons confiance à notre bonne étoile et à nos signes astraux pour envisager l'aventure.

Vous trouverez dans cet article un reportage absolument partial de nos rédacteurs.trices qui s'engagent à vous faire entrer dans le secret des réunions du collectif.

Nous sommes soumis aux règles sanitaires que la préfecture de l'Aveyron nous transmettra lors de notre manifestation fanfaronne super festive

La vidéo des Jam's

Le film des Jam's 2021

de Saint Georges de Luzençon :

les fanfares s'invitent

La fanfare des Kosmonots

de Paris :ils ne sont pas confinés ceux là? (B le Blogueur)

Kosmos ???     C'est vaste ???
Onots ??    C'est des dessins ronds sur 5 lignes horizontales???

Les Kosmos

 

La Fanfare Kosmonot affiche une quantité astronomique d’agapes festives au compteur. Fanfare mythique et reconnue dans le système solaire

C’est une institution qui fait du bruit : d’interprétations musclées au choix d’un répertoire aiguisé, de concerts de rue en prestations plus officielles et sidérales, elle perpétue le sens du rire, du groupe, du spectacle et de la démesure. Les Kosmonots se servent frais et sans faux col, justifient des bacchanales grandioses et s’imposent comme une évidente nécessité.

les fanfares s'invitent

La fanfare Bakchich

de Montpellier :ils ne sont pas à la plage ceux là? (B le Blogueur)

Bakchich ???     Dessous de table ???
Pourboire ??     Ou plutôt un clin d'œil aux piécettes ramassées dans la rue

La musique dans la rue, c'est là que s'exprime le mieux cette fanfare. La rue des villes, la rue des villages. Et puis quand même les bistrots (l'apéro c'est sacré oh la!!). Du jazz à la java, de la musique languedocienne à la tradition sud-américaine en passant par la chanson et des créations originales, la fanfare BAKCHICH s'adapte à toutes les circonstances, fait plaisir et fait danser...

les fanfares s'invitent

La Fanfarefelue

de ,,,,, : depuis les élections ils n'osent pas dire d’où ils viennent. (B le Blogueur)

Des musiciens dompteurs de mélodies balkaniques enflammées qui n'ont qu'une seule idée en tête : faire danser, remuer et secouer toute la Planète! La « FanFare Felue ! » mélange des musiques traditionnelles et modernes des Balkans avec ses propres compositions. Trompette, clarinettes, soulaphone, sax ténor, soubassophone, accordéon, banjo, grosse caisse et caisse claire composent les couleurs sonores de l’ensemble.

les fanfares s'invitent

La Boutifanfare

de.... : Pareil que l'autre et en plus ils ont des sans-partitions clandestins (B le Blogueur)

Des musiciens acoustico-déambulatoires qui écument les fêtes, les défilés, les inaugurations, les festivals , les apéros

et dont l'unique prétention est d'avoir un public joyeux, réjoui.... et généreux !!

les fanfares s'invitent

La Bérézina


du sud-ouest de Millau: c'est des locaux sans l'accent ils auraient du s'appeler Le Tarn mais bon... (B le Blogueur)

La Bézézina est née ! Son inspiration vient d’Europe de l’est, des chansons populaires et traditionnelles pour un voyage de la Russie jusqu’aux Balkans avec des influences klezmer et tziganes… mais aussi occitanes.

les fanfares s'invitent

La FanfarOV

de Montpellier aussi  : ils sont à la plage recherchant les Jam's (B le Blogueur)

La Fanfar'Ov balkanique. Vous pensez qu'un tubiste est un plongeur au Tuba ? Venez et vous verrez ce qui se cache derrière ce mot énigmatique ! Ils sont beaux, ils sont grands, ils soufflent fort.

les fanfares s'invitent

L'Echo des Avens

de Millau aussi : c'est une fanfare martienne peut-être même la première... (B le Blogueur)

Fanfare multi-tailles, multi-genres, multi-sexes et sans complexes.

Le compte rendu des Jam's 2021

Le texte du rédacteur inconnu mais pas trop!

 

Vendredi soir, accueil des premières fanfares dans la cour de la laiterie, avec une excellente collation plus qu'apéritive réunissant aussi tous les carnavaliers. Visite des nouvelles collections du Musée de l'Echo.
Les Kosmos déboulent après leur journée de route (et plus pour Tifred, qui est venu en vélo... mais de Marseille seulement, pas de Paris) et une petite pause dans le Tarn à Comprégnac : pas de bière à leur offrir, plus de place à table, alors ils sortent les instrument et ils jouent pour les convives.
Tout le monde rejoint à pied la place de la Fontaine pour l'allumage des lampions et départ du défilé avec les animaux en carton de Vincent, recustomisés par les artistes recrutés pour l'occasion. Au signal, Nda part à toute vitesse avec les enfants, et le cortège se divise très vite pout en former deux autonomes. La Boutif illuminée joue en marchant ! Merveilleux final dans les jardins de la mairie, les Kosmos sont majestueux. Les enfants vont se coucher et les fanfarons se rendent en silence au site des JAMS où Christophe nous attend au bar : et c'est parti pour une nuit de fanfares, les Kosmos sont les derniers à s'arrêter.
Vers 23h, je me fait arrêter par les gendarmes qui se sont postés au passage à niveau; je revenais d'un de mes nombreux aller-retours à Comprégnac (330 bornes de “rabaladis” en tout..) vêtu de mon dolman à brandebourgs, et avec une grande perspicacité l'un des pandores me dit "vous allez à la fanfare, hein ?". Du coup, contrôle de l'alcoolémie (0,00 grammes), des papiers du véhicule, c'est tout juste si j'évite la fouille au corps. Nous ne les avons plus revus du week-end, ils ont dû se dire que j'allais prévenir les autres et qu'ils ne feraient pas recette...

L'aventure musicale gendarmesque
De retour au gîte Comprégnac à 4h30 du matin, les Kosmos respectent scrupuleusement la consigne de ne pas faire de bruit dans la maison ; ceux qui n'ont pas encore sommeil s'entassent donc dans une voiture garée dans le jardin pour écouter de la musique - à fond. Mais le réseau passe mal, et ils démarrent pour la déplacer de quelques mètres... Ce ramdam me vaut un réveil à 5h du matin par l'appel téléphonique d'une voisine atrabilaire informant qu'elle allait appeler les gendarmes (qui avaient heureusement autre chose à faire que de se déplacer pour constater cet intolérable attentat sonore).

Samedi midi, avec pas mal d'improvisation et au prix de plusieurs rabaladis nous réussissons à préparer un pique-nique-grillade pour nos invités, qui n'attendent pas que les saucisses soient grillées pour commencer à jouer. Nous enchaînons avec la distribution des tickets repas et boissons, la pose des bracelets et le contrôle des passes sanitaires.
La répétition collective se fait à l'ombre des grands arbres (ça a poussé depuis deux ans, les parasols parfaitement inutiles sont restés fermés, mais leur manipulation a permis quatre bonnes séances de musculation). Les arrangements fonctionnent plutôt bien, même “siffler sur la colline” .
Les fanfares se produisent devant leurs pairs, pendant que Max et son pote – dessinateur lui aussi – anime l'atelier “dessine ta fanfare”, qui fait carton plein.
Le public est accueilli à partir de six heures, avec contrôle du passe sanitaire, ça ne plaisante pas. Les fanfares se succèdent par sets de trois ou quatre morceaux jusqu'à l'ouverture des JAMS.
Impossible de résumer les trésors d'inventivité déployés par les fanfares, parfois avec des choré de dernière minute. C'était un beau spectacle, les fanfares ont globalement respecté la durée des sets, les changements de plateaux se faisaient sans attente.
L'Echo a réussi son coup auprès du public, malgré une multiplicité impressionnante de pains, dès le “Lamma Bada ” d'ouverture, et une lamentable interprétation de “My Way” : ce qui est bien, quand on passe assez tard, c'est que le public qui a déjà bien bu se montre indulgent, à la condition que la fanfare ait de l'énergie, ce qui était notre cas.
Il faisait frisquet quand je suis reparti à la maison, vers 1h30, mais les Kosmos ont encore tenu le bar pendant longtemps, jusqu'à ce que Christophe montre des signes de fatigue.

Dimanche matin, il est déjà levé quand je lui apporte le café chaud et le pain frais. Rabaladi rabalada, un petit tour et je remonte avec les Tresnels et ma tenue officielle, à temps pour accueillir Monsieur le Maire et Esther : les morceaux collectifs tournent rondement, avec des choré spontanée vraiment réussie. Le succès est total et nous pouvons aborder en position de force avec les élus la délicate question de la chasse d'eau hors d'usage des toilettes du foot, à quoi il sera remédié la prochaine fois, nous promet-on.
Belle cérémonie municipale de remise de trophées (aux Kosmonots et à l'Echo), discours posé et émouvant de Julien, le jury (que des nanas !) délibère ensuite et attribue les prix (chaque formation reçoit une belle poterie sigillée de Cécile, une bouteille de pastis des Homs, un journal de Millau, une affiche A2). Voir ci-desous le palmarès.
Le succès des tresnels et du brunch aveyronnais enrichi de mets locaux des autres fanfares ne se dément pas. Les Kosmos jouent longuement pendant le repas, nous en profitons pleinement avant les premiers adieux d'après le café.

JAMS 2021 : le palmarès

Epoustouflantes, ébouriffantes, épastrouillantes... la langue française manque de superlatifs pour qualifier cette nouvelle édition des JAMS, tant attendue après l'annulation de celle de l'année dernière.

En prologue, le charivari du vendredi soir et son fabuleux bestiaire auront marqué toute une génération d'enfants de Saint-Georges, privés de Carnaval depuis deux ans. A la lumière des lampions, les flonflons des fanfares déjà présentes les ont accompagnés dans les vieilles rues du village jusqu'aux jardins de la mairie et à un final en apothéose par les légendaires Kosmonots en grande formation « bozartienne ».

Le samedi soir, les neuf fanfares concurrentes ont enchaîné leurs chorégraphies en rivalisant d'humour et d'inventivité devant un public bon enfant et ravi. Les plus résistants ont continué jusqu'à fort tard dans la nuit.

Et pourtant la majorité d'entre eux étaient d'attaque le dimanche à midi pour les deux morceaux collectifs joués sous un soleil radieux par une bonne cinquantaine de musiciens devant Monsieur le Maire et sa Première Adjointe, qui ont remis le prestigieux Trophée de la Commune de Saint-Georges aux Kosmonots pour leur formidable prestation et leur endurance nocturne.

Le jury – exclusivement féminin – de ces JAMS consacrées à « l'Elégance en Fanfare » a ensuite décerné son palmarès :

BAKCHICH (Montpellier) : prix « Women and Men in blanc ».
BEREZINA (Saint-Sever du Moustier) : prix de l'Epilation Approximative
BOUTIFANFARE (Perpignan) : prix archéologique « 2000 ans de Costumes »
ECHO DES AVENS (Aveyron) : prix de l'idée déjà prise par la fanfare précédente (l'Echo des Avens se voit aussi remettre le Trophée de la Vie en Rose de la Fanfarfelue)
FANFARFELUE (Pyrénées-Orientales) : prix de la ballerine frustrée et du tutu têtu
FANFAR'OV (Montpellier) : prix de la fanfare complètement à l'Est
LES GEORGES DU TARN (Le Viala du Tarn) : prix de la triche électrique
LES KOSMONOTS (Paris) : prix Mapa du jeu de mots à deux balles
L'X-TREME (de partout et d'ailleurs) : prix de la résistance du marqueur indélébile.

Pour l'Echo des Avens, la préparation de ces rencontres de fanfares a été un sacré challenge en raison des contraintes liées à la réglementation sanitaire.

Un immense merci aux services techniques de la municipalité, à Aurélie et Sat de la Table du Lieu-Dit, au Dépanneur du Viala du Tarn, à Gisèle et ses délicieux acras, à Max pour l'affiche et l'animation “dessine ta fanfare”, et à Christophe qui est bien parti pour battre le record du monde du service au bar après plus de 48h de présence quasi non stop derrière son comptoir.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!