Les archives de l’Echo

Le Noël Saint Affricain

          Depuis plusieurs jours la tempête Fabien ébranlait les chaumières, depuis un mois, la pluie tombait sans trêve.  Sous les ponts de Saint Aff coulait la Sorgue, marron et jaune. A Paris des groupes de cadres en trottinette électrique rêvaient de faire subir un épilage à la cire à Monsieur Martinez.

le pêle mêle de noël

 

Des milliers de vacanciers à la neige arriveraient avec deux heures de retard dans les stations des Alpes. Des chassée croisés de trains spéciaux remplis d'enfants tournaient en rond à travers le pays. Sacrilège suprême:  le match Brive-Agen avait été interrompu par des coupures sauvages d'électricité. Le Président (pas Julien, l'autre) était en Côte d'Ivoire pour voir si l'armée tiendrait... Tout allait de travers!

Ignorant les gouttes, le vent, les feuilles mortes, les pluies d'écureuils, l'Echo à 10h30 pétante s'installa sous une bâche accueillante. Pour redonner du courage aux plus jeunes d'entre nous, et parce que nous ressemblions un peu à quelques rescapés de l'Armée du Salut, Michèle entonna à capella "Plus près de toi mon Dieu". Nous dérivâmes ensuite (manque de paroles comme toujours en France) vers "Il est né le divin enfant..." qui s'arrêta lui aussi très vite. Pendant ce temps, loin de ses troupes, Philippe, harmonisait "la Carmagnole".

rougeons.nes les macarts

Boris sut reprendre en main cette bande et par de simples gestes de la main droite, la gauche étant occupée par les touches du saxo il nous entraîna vers des sommets. Nous avions tous en tête les dernières recommandations ..."Surtout jouer avec le sourire". Seuls les percussions y parvinrent efficacement, mais le résultat nous étonna tellement que nous nous serrions la main entre deux morceaux. Les cinq personnes du public qui profitèrent de ce superbe son semblaient elles aussi enthousiastes. Sur les cinq, que nous aperçûmes, deux s'étaient retrouvées prisonnières sous la même bâche; mais les applaudissements des trois autres semblaient sincères.

 

 

.            Nous allâmes donc de bâches en bâches, dans un Saint Affricain, dépeuplé. Tout le monde ayant préféré regarder le jour du seigneur à la télé.

sous la bâche

Pendant cinq minutes, le soleil apparut... Sous les ponts de Sait Aff coulait la Sorgue, la joie venait toujours après la peine... Nous terminâmes dans un bar. Boris monté sur une chaise lança l'air fameux de la Saucisse, ce qui réveilla l'unique consommateur endormi sur la page météo de la Dépêche du Midi.Une superbe matinée pour le premier jour de l'hiver. Dehors, la pluie avait repris. On parlait dans les journaux télévisés d'un mois de janvier sec et sans alcool.

 

 

Soupe au Viala du Tarn

le chaudron bouillant

La température de novembre sans la pluie

C'est vraiment un plaisir de jouer pour cette superbe convivialité villageoise associative. Nous nous en sommes bien sortis à l'apéro, grâce à des fins nickel, au rasoir, qui faisaient passer toutes les éventuelles approximations précédentes. Petite formation joyeuse et percutante pour animer le concours de recettes de soupe. Nous avons terminé la veillée par un petit set plutôt jazzy.

l’écho des cocottes

et puis l’écho des chaudrons

Alors, c'était une belle fête, gustative et musicale, avec un public dynamique et une "Batoucaïre" qui aurait bien voulu nous accompagner sur le terripple Vou Vetstejar.

L’Echo et les fantasias de Capueval

Affiche de Capueval

 

La fantasia de Capueval

Manu Lacheret, ses chevaux et des artistes invités présentent «les Fantasias de Salmiech». Le thème de cette année est la «liberdade équestre».

la troupe Equinofanfarone

Extrait du Journal La Dépèche du Midi:

Le cabaret équestre, «les fantasias de Salmiech», réunit chaque année une centaine de personnes, le temps d'une soirée, plongés dans un univers équestre et dansant. Cette année, c'est sur le thème du «chemin des guerriers brésilien qui les mènent vers la liberté», qu'une dizaine d'artistes se produiront tout l'été.

Capueval

 

Ainsi, Manu Lacheret, Pascal Petot des Djiguites du Causse (ancien artiste du cirque Zingaro), Souen Lerosier, les membres du groupe Guerreiros de Sao Jorge et les cavaliers de Capueval ont travaillé ensemble pour livrer un spectacle inédit. Nous sommes tous réunis par la même passion, mais autour de différents arts, comme la capoeira, le cheval ou la musique. Tous les artistes du spectacle sont rassemblés par la même valeur qu'est la liberté.

 

Fantasia

 

Art martial et dressage équestre

Le spectacle d'une heure et demie est divisé en deux parties distinctes. Avec la participation des chevaux venant de l'écurie de Manu Lacheret, le spectacle commence par un cabaret équestre, avec des démonstrations de dressage équestre à pied et à cheval,

 

La Fanfare n'a pas peur de l'echo

 

 

L'Echo des Avens qui joue entre les scènes de capoeira, scènes de dressage, de fantasia. Ce spectacle est construit autour de la libération des esclaves au Brésil face aux colons portugais, ce qui est donc aussi un «hommage à la liberté».

 

 

Le salut final l'homme et le cheval

 

 

La seconde partie est plus rapide c'est un «entraînement de guerrier», avec au programme, du tir à l'arc, des arts martiaux équestres, de la voltige et des fantasias. La fin de soirée s'avance avec ses couleurs chaudes, et un Echo un peu plus spectateur de ces voltiges de cavaliers Cosaques. Nous terminerons par un repas autour de la table jusqu'à la nuit tombée.

Facebook de Manu

Le site de Capueval

La pause Caf-fanfare

Nouveau soubiste

Prêt à faire feu!!

Tambour Fanfare Juboo “Le jour du pardon”

les outils avant travaux

stage tambour

Beaucoup de travail de préparation et de remise en état, mais ça valait le coup. Les stages de danse et de percussions ont bien fonctionné. Les sénégalais ont fêté la tabaski avec des grillades d'un agneau offert par Brigitte, cuit boucané. Aïda et Bouba ont passé une bonne partie de la journée à préparer un excellent poulet yassa sous les figuiers de mon jardin, et nous avons réussi à nourrir 128 convives !

le staff tambour

L'apéro avec une Tambourfanfare en forme malgré quelques pains de structure a tenu ses promesses, les Ngueweul étaient heureusement renforcés par un Barth sous amphé et un Ruben aux anges, et nous avons eu droit à de bons chorus du king Vincent, de Boris, d'Alice, de Max et de Stefan. Et le spectacle des Ngueweul a remporté un gros succès, sous le signe de la réconciliation (jubboo en wolof), dommage que nous n'étions pas assez nombreux pour les accompagner sur le final. Financièrement, ça a été une bonne opération pour Tambourfanfare, qui pourra distribuer ses bénéfices aux musiciens bénévoles du Ngueweul une fois que les factures auront été payées. Et notre hôtesse Anna Bussé est absolument ravie elle aussi. Tout ça grâce à la fermeture de l'aire des Pyramides ...

heu! c'est en mi?

général poupoum's!!

j'suis pas vegan

La tournée Aubrac – Marcillac vallon

la bande d'aubrac

Comme toujours jamais à temps!!!!

 

Même en altitude, avec un temps clair, avec des vaches bucoliques, ils arrivent toujours à se faire remarquer. Un dessin de Max, sur un sujet de fanfaronnade classique. Toutes  ressemblances avec des personnes etc..... etc....

lunettes aubrac

je m'suis trompée de fanfare

grosse caisse bûcheronne

En rouge à dit le chef !!!

 

Lever aux aurores pour une belle journée ensoleillée sur l'Aubrac, avec une dream-team exceptionnelle aux percussions, et une opulente section de trompettes. Au Lac des Fonds, les vaches n'en sont toujours pas revenues... L'accueil a été très chaleureux, comme d'habitude, jusqu'au restaurant Chez  Remise où nous avons fini la soirée autour d'une table simple et excellente, et d'une vache au taureau spontanée.

fanfare au poing aïe ça fait mal

que de trompettes!!

 

Après une nuit en gîte ou à l'hôtel, nous nous sommes réveillés à Saint-Urcize sous la pluie pour la suite de notre minitournée, et un contraste absolu entre la sérénité des immenses espaces l'Aubrac et les flonflons de la grosse fête du vin de Marcillac. Le bourrou, c'est le premier bourgeon du rameau de la vigne... Les vieilles rues et les terrasses des cafés de ce beau village n'ont plus de secret pour nous, et ses maisons de retraites non plus.

effet marcillac

notre dame des hauteurs

percus couple

les percus de 110db non pondérés

 

Les averses du matin ont vite laissé la place à un temps chaud et lourd, et à un soleil assez pénible pour cette deuxième journée de fanfare quasi non stop, où il nous a fallu tout donner pour nous faire entendre, entre des manèges malpolis qui laissaient leurs sonos à fond et l'harmonie de Marcillac et sa grosse trente-cinquaine de pupitres. Mais nous avions une section de percus très dynamique qui faisait bien ces 110db obligatoires pour passer au-dessus de la disco électrifiée.

Le carnaval de Saint Georges de Luzençon

Chars un

Une chance incroyable ! La pluie s'est arrêtée juste à temps et le défilé a pu avoir lieu. Les chars étaient magnifiques, mais la météo avait découragé pas mal de monde, y compris la batucada Batoucaillou d'Ispanhac dont nous n'avons pas vu la couleur. Samba Mio et C.Q.F.D. ont défilés entre les chars, mettant de la joie et de la couleur dans le gris du ciel. La bastonnade qui a suivi le jugement a fait briller les yeux des féroces enfants. Olivier et la batucada CQFD de Mende ont fait danser les gens dans la salle des fêtes, un truc à se faire péter le sonotone.

La décoration de la salle des fêtes

Il était tôt ce matin là, malgré la pluie, le moral est au beau fixe, et il nous faut tout le talent des amis pour accrocher le dragon de papier au plafond de la salle, préparer les tables pour le repas, et assurer le maquillage des quelques volontaires insouciants.

La défilé du carnaval

Voici les chars, motorisés par les amis, avec la voiturette spéciale Echo des Avens, une œuvre unique réalisée par Daniel, le tout dans la rue principale de Saint-Georges de Luzençon. Un petit film reportage avec en cadeau la bande dessinée du tribunal carnavalesque au travail.

Le carnaval de Millau

les spationautes fanfarons

Aubade aux pionniers

Millau base terrestre vers la lune

Fusée rouge

Poulpes géants

Nous sommes prêts, équipés, motivés, la météo est parfaite. Nous conduisons la fusée vers l'aire de lancement, accompagnée de centaines de spectateurs émus et enthousiastes.

 

Le reportage de nos envoyés spéciaux: Philippe Tardy et les Dudu

Les BIZZAR'S de Collioure, la BELLA CIAO de Villedômer, L'ORPHEON DE GARRAFACH, La BEREZINA de Saint-Sever du Moustier, La DIANE ROUERGATE de Rodez, la BATUCADA SAMBA MIO, L’ECHO DES AVENS de Comprégnac, ils étaient tous là.... nos compagnons de route.

la base de lancement

Tout est en place:

Hélas, trois fois hélas, notre bonne volonté, notre courage, notre ténacité n'aura pas suffi à propulser notre vaisseau dans l'espace. Un moteur déficient, un computer hystérique, une conjonction astrale peu propice nous force à revoir notre projet.

Horreur la fusée brûle!!

L'incendie qui anéanti notre projet de départ

 

Nous avions tout prévu, sauf l'imprévisible. Notre bureau d'étude se penche sur le problème et il a une réponse: Oui ce fut une belle fête, un joyeux carnaval.

Un spectateur dans la foule a filmé avec son portable l'évènement, dans un ultime et généreux témoignage.

Le carnaval de Creissels

Le poulpe joyeux

Le Monsieur Carnaval, tentaculaire et joyeux, dans une après-midi ensoleillée. Même si les routes ne sont pas étales comme la mer, les poissons, les poulpes, les étoiles de mer ont réussi à grimper dans cette douce chaleur.

La crête des contrebandiers

L'Echo en tenue de marin-pêcheur, petit clin d’œil à nos amis bretons.

Merci à Géraldine pour les photos

L’Écho en grande tenue de marins pêcheurs

Feu Monsieur Carnaval

C'est de quel côté la mer ???

Préparation du carnaval de Millau 2019

Journal de bord du commandant:

Ils sont déjà là!!!!

Cosmofanfaron

Réchauffement climatique, montée inexorable des océans, prolifération d'insectes ravageurs, pénuries énergétiques, troubles sociaux... Tous ces signes concordent : l'apocalypse est inexorable, les jours sont comptés pour notre planète condamnée à brève échéance, et Millau sera engloutie sous les flots. Soucieux de préserver l'avenir de l'espèce homo millaviensis, le collectif carnaval a décidé d'organiser le départ de tous les habitants de la ville pour la lune, et leur demande de se préparer pour cette échéance, fixée au samedi 23 mars au Centre Spatial du Parc de la Victoire vers 18 heures. Afin de permettre un embarquement sans panique ni bousculade, le collectif donne rendez vous à la population à 16 heures place du Mandarous, en leur demandant de se munir de tout l'équipement nécessaire à la survie en milieu raréfié (scaphandre, confettis, etc...).
Les Peintres et Sculpteurs du Millavois ont commencé à travailler d'arrache-pied à la construction d'un vaisseau spatial spacieux et confortable, en attachant un soin tout particulier à sa présentation esthétique (dominée par les couleurs blanche, argentée, grise et bleu pâle, ainsi que quelques touches de jaune fluo pour une meilleure visibilité dans les encombrements de la ceinture de Kuiper).

Dans la galaxie, ils sont prêts..


Signalons qu'au départ le collectif envisageait un transfert sur Sirius, dont les verts pâturages auraient permis de meilleures conditions d'existence que la grisaille de notre satellite, mais les contraintes budgétaires liées au faible montant de la subvention municipale en ont décidé autrement.
Les opérations d'embarquement seront encadrées par les cosmonautes aguerris de l’Écho des Avens et de la Batucada Samba Mio, qui ont demandé le renfort de leurs collègues des Bizz'Arts (Collioure), de la Bella Ciao (Villedômer), de la Diane Rouergate (Rodez), de la Bérézina (Saint-Sever du Moustier).

error: Content is protected !!