Tournee Tambourfanfare 2016 jour 7

Septième jour de cette aventure

jeudi 15 décembre

Départ de Saint-Louis « à l'aube » (…)

Pas d'or pour Podor

Nous devions initialement visiter le Parc Djoudj et ses oiseaux, mais il est déjà bien trop tard et ça nous aurait pris trop de temps. Nous décidons donc, à l'initiative de Yann, d'aller jusqu'à Podor pour voir « une vieille mosquée sur une île du Sénégal ».

 

Tu le sens ce vin de palme là?

Ca a commencé par une belle promenade sur de bonnes routes à travers les champs et les rizières de la vallée du Sénégal. Dagana, Richard Toll, Thilé-Boubakar. A Taredji, nous quittons la grand-route (« N2 ») pour bifurquer sur Podor. Déception : à Podor, il n' a rien à voir, ni île ni mosquée, juste une petite ville endormie sous le soleil... Nous demandons le chemin de cette fameuse mosquée d'Alwar à un monsieur qui dessine un plan avec un bâton sur le sable et nous repartons

Yoh Bouba qui voulait s'enfuir

 

– nous roulons sur de bonnes pistes, dans « l'île à Morphil », un grand territoire de 100 kilomètres de long coincé entre deux bras du fleuve. Les estomacs commencent à gargouiller très fort, et nous trouvons un super coin à l'ombre d'un grand arbre, au bord de l'eau, pour un pique-nique sardines-oeufs durs arrosé au vin de palme... Le bonheur !

 

Pompe discrète

 

C'est le Fouta Toro, le pays des peuls, les maisons sont assez grandes, rectangulaires, les murs en terre ocre sont percés de rares et minuscules fenêtres, elles sont recouvertes d'un toit qui paraît végétal, très légèrement en pente, posé sur des poutres dont les extrémités hérissent le faîte des bâtiments. Partout paissent de grands troupeaux, nous traversons aussi de nombreuses rizières où nous voyons travailler les paysans sous leurs grands chapeaux « chinois ».

L'histoire avec Mamadou le photographe cameramen

Nous nous arrêtons à Alwar, le village qui a vu naître Omar Tall en 1794, un héros de l'histoire de l'Afrique de l'Ouest à la biographie compliquée (à découvrir dans wikipédia) qui a fini ses jours le 12 février 1864 dans les falaises de Déguembéré (Bandiagara) au Mali et dont le fils fut le sultan de Ségou... La mosquée paraît toute neuve, verte et blanche comme tant d'autres, édifiée tout près de la maison (trois pièces...) du saint homme que nous visitons avec respect.

 

La mosquée neuve

Pendant que les baayfall se recueillent, nous nous promenons dans le village, vite entourés d'une sympathique horde de gamins curieux et rigolards. L'ancienne mosquée, construite en terre elle aussi, tombe en ruine, mais des travaux de restauration sont en cours. La salle de prière est encombrée de gros piliers qui devaient laisser peu de place aux fidèles.

Gardien des âmes

 

 

Au moment de partir, nous manquons de déclencher une émeute en distribuant aux enfants, à mon initiative, quelques cartes de Tambourfanfare que j'avais au fond de mon sac – grosse erreur, il n'en a pas pour tout le monde, ils se bagarrent sauvagement et les adultes doivent intervenir...

 

Vue de la maison vers la mosquée

Et puis c'est l'arrivée dans la nuit à Thilogne, après les 100 derniers kilomètres à 30 à l'heure sur cette portion de route complètement défoncée qui nous avait déjà bien secoués 4 ans auparavant... La tranchée qu'il faut combler à la main pour permettre à notre car de passer... Cette maison en construction sinistre, pleine de gravats et de poussière, où nous étions censés dormir sur le sol de béton brut, sans point d'eau ni chiottes... Malgré le plaisir de revoir Demba Fall, impossible d'accepter de telles conditions d'hébergement, et la révolte gronde dans la troupe.

Super fanfarons en grande forme

Les bénévoles du festival, venus de Dakar, se sont donc décarcassés pour nous installer dans une maison toute neuve, juste à côté, après un gros ménage, et nous servir un excellent repas avec un dessert royal de laax, la bouillie de mil sucrée au lait fermenté, traditionnellement réservée aux grandes fêtes familiales, et que même certains sénégalais ne connaissent pas. Épuise, Daniel est resté dormir dans le car. Les autres se sont entassés dans les deux pièces nettoyées, sauf Yann, qui a préféré monter la garde dans la galerie tel le fidèle Roustan de l'empereur, à la merci des nombreux moustiques qui ont contribué à l'animation de cette soirée mouvementée.

 

error: Content is protected !!